Accès du public et des journalistes au procès …

Comment suivre le procès sur place?

Par une communication à la presse, l’administration judiciaire avait informé que le procès dit « LuxLeaks » débutera le mardi 26 avril 2016 au tribunal d’arrondissement de Luxembourg et que le procès comprendrait cinq audiences. Afin d’entendre des témoins supplémentaires, une audience supplémentaire a été fixée au vendredi le 29 avril 2016 à 9h00. 

tribunal_luxembourg

Ainsi, les six audiences prévues auront lieu:

  • Mardi le 26 avril 2016 à 9h00
  • Mercredi le 27 avril 2016 à 15h00
  • Jeudi le 28 avril 2016 à 9h00
  • vendredi le 29 avril 2016 à 9h00 (audiance suppl.)
  • Mardi le 3 mai 2016 à 9h00
  • Mercredi le 4 mai 2016 à 15h00

Toutes les audiences se déroulent dans la salle TL 1.10 du tribunal d’arrondissement de Luxembourg. L’affaire est traitée par la 12e chambre correctionnelle du même tribunal, présidée par Marc Thill.

Des audiences supplémentaires ont été fixées au mardi, 10 mai à 15h00 et au mercredi, 11 mai 2016 à 9h00, toujours dans la même salle d’audience TL 1.10.

Les journalistes …

La presse avait été informé pqr le porte-parole de l’administration judiciaire, Henri Eippers, que chaque rédaction ne pourra accréditer qu’un seul journaliste, qui sera autorisé à prendre place dans la salle principale du tribunal.

Ces accréditations auraient dû se faire par formulaire (qu’on peut télécharger ici) à renvoyer par courriel à l’adresse scpj@justice.etat.lu ou par fax au numéro (+352) 47 59 81 – 374 avant le 13 avril. En conséquence, les rédactions qui n’ont pas encore demandé d’accréditation, doivent contacter d’urgence le porte-parole de l’administration judiciaire, Henri Eippers, par téléphone (+352) 47 59 81– 404 ou bien par e-mail henri.eippers@justice.etat.lu. Jusqu’ici « 45 organes de presse sont accrédités – une première au Luxembourg », écrit Paperjam du 22 avril 2016 (« Procès LuxLeaks: Des poids lourds pour soutenir les inculpés »)

Les journalistes non accrédités seront considérés comme toute autre personne qui voudra suivre le procès.

Le public …

Le public pourra prendre place dans la salle principale du tribunal dans la mesure des places disponibles. Les premières personnes qui se présentent, seront  acceptées, jusqu’à ce que toutes les places prévues soient occupées. Les réservations de place ne sont pas admises. Mais l’administration judiciaire vient de décider la retransmission du procès dans une deuxième salle. Les personnes qui ne peuvent plus entrer dans la salle principale, pourront suivre la retranmission du procès dans cette deuxième salle.

Retransmission dans une deuxième salle

Au départ, l’administration judiciaire n’avait pas prévu de retransmisson dans une deuxième salle. Or, ceci aurait impliqué que toute personne non admise dans la salle principale, n’aurait pas pu suivre le procès! Ainsi, une partie des citoyens, journalistes, ami-e-s et membres de famille des inculpés, même venu-e-s de loin, n’aurait pas pu suivre le procès par manque de places. Sachant que surtout le premier jour du procès l’afflux sera particulièrement grand, nous avons insisté auprès de l’administration judiciaire, afin qu’une retransmission dans une deuxième salle soit organisée, garantissant à toute personne intéressée le droit de suivre ce procès public.

Le jeudi, 21 avril, l’administration judiciaire à donné suite à notre demande et a décidé la retransmisson dans une deuxième salle, afin de permettres à tout un chacun de suivre le procès directement, soit dans la salle principale, dans la mesure des places disponibles, soit via retransmission dans une deuxième salle.  Merci!

Dans ce contexte le ‘Luxemburger Wort’ nota le 21 avril dans l’après-midi: « En raison d’une forte demande de la part des organes de presse et du public attendu, il y aura finalement une retransmission dans une deuxième salle, comme l’avaient demandé les avocats d’Antoine Deltour. Une décision qui satisfait les membres du « comité de solidarité avec Antoine Deltour et Edouard Perrin au Luxembourg », qui craignaient que toutes les personnes souhaitant assister à ce procès exceptionnel ne puissent pas entrer, faute de place. « Si le pays n’était pas en mesure de garantir un procès public comme il se doit, il y aurait un vrai problème. L’image du pays serait encore davantage égratignée », avait prévenu Justin Turpel. » (www.wort.lu/fr)

A lire également: